la société

À propos

notre mission

Une mission historique unique

La Société d’histoire de Joliette De Lanaudière a pour mission de favoriser une meilleure connaissance de l’histoire de la ville de Joliette et de celle des MRC de Joliette, de Matawinie et d’Autray par le biais de conférences, de publications et d’expositions.

Pour mener à bien sa mission, la Société d’histoire a développé et professionnalisé au fil des ans un centre d’archives. En s’appuyant sur les normes en vigueur en archivistique et notamment sur les politiques internes de la Société, les services du centre visent à acquérir, conserver, traiter et rendre accessible au plus grand nombre des documents historiques originaux.

Les collections et fonds que gère le centre d’archives de la Société d’histoire illustrent l’existence et les activités de personnes physiques et morales rattachés à la ville de Joliette mais aussi celles et ceux rattachés au territoire de trois MRC du nord de Lanaudière : Joliette, d’Autray et Matawini.

signature-BJ
La SHJL

Une société d’histoire presque centenaire

Le 13 mars 1929, la ‘Société historique de Joliette’ voit le jour à l’initiative de monsieur l’abbé Eugène Martin. De nombreux notables de la Ville de Joliette entourent le religieux dans ce projet. A la présidence du conseil d’administration on retrouve un personnage de prestige, Sir Joseph-Mathias Tellier qui fut juge, maire de Joliette et chef de l’Opposition officielle à l’Assemblée nationale. C’est à cette époque que la Société historique saisi l’opportunité d’acquérir des documents laissés derrière par le régime seigneurial, des papiers de famille des De Lavaltrie et De Lanaudière. Le 10 mars 1934, on assiste à l’incorporation de la Société qui installe ses bureaux dans l’enceinte de l’évêché de Joliette. C’est en effet dans la grande voûte de l’aile construite en 1922 à l’arrière du palais épiscopal que sont conservés les premiers fonds d’archives de la Société. Cette voûte est tout à côté de la bibliothèque de l’évêché qui accueille les membres de la Société.

Durant les décennies suivantes, des années 1940 à 1970, la Société historique amasse sous forme de fonds et souvent à la pièce, les documents textuels, les documents iconographiques et les objets témoignant du passé de Joliette et de sa région. A partir des thèmes qui s’en dégagent, les auteurs les plus éloquents de la ville rédigent de nombreux récits historiques qui sont publiés dans le journal L’Action populaire sous la bannière de la Société. La tradition des conférences proposées par la Société nait également à cette époque. Le personnage central de cette longue période de conservation et de diffusion est nul autre que Mgr Omer Valois. Avec Mgr Valois, les archives déposées dans la voûte du palais épiscopal sont classées et surtout identifiées.

Les archives de la Société ont ainsi été conservées à l’évêché jusqu’en 1983. Suite à une entente notariée entre la ville de Joliette et la corporation épiscopale, la Société déménage ses archives et ses activités de diffusion à l’hôtel de ville joliettain, au 614 boulevard Manseau. La Ville s’engage à conserver les documents de la Société historique et à en faciliter la consultation.

En 1987, l’historienne Hélène Lafortune (1955-2015) trace et publie l’inventaire structuré de la collection de la Société historique. L’heure est au bilan et les dirigeants de la Société constatent avec enthousiasme le caractère unique de la collection. Le 28 août de cette même année, la ‘Société historique de Joliette’ devient la ‘Société d’histoire de Joliette – De Lanaudière’. Monsieur l’abbé et auteur François Lanoue est président de l’organisme. De son côté, monsieur l’abbé J.-Hector Geoffroy occupe le poste d’archiviste. L’abbé Geoffroy est un chercheur rigoureux et le fruit de ses efforts valorise les fonds et les collections de la Société d’histoire.

À la fin des années 90, la venue de madame Claire L. Saint-Aubin vient relancer le devenir de la Société d’histoire. Dès le début des années 2000 et entourée d’une équipe de bénévoles proactifs, cette professeure de secondaire à la retraite dynamise le travail de collection, de conservation et de diffusion entrepris. Dans le but avoué de doter la vénérable Société d’histoire d’un centre d’archives conforme aux normes applicables en archivistique, Madame Saint-Aubin embauche des archivistes professionnelles comme madame Mireille Lebeau pour traiter les documents et ce grâce au Programme de Soutien au traitement des archives de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Des fonds sont listés, des collections sont constituées et surtout la Société d’histoire dote son centre d’archives d’un État général des fonds.

Après plusieurs années de travail et de sollicitations, la Société d’histoire de Joliette – De Lanaudière compte une centaine de membres et ses conférences mensuelles sont de plus en plus courues.

Mais la Société d’histoire est bien à l’étroit dans les locaux du boulevard Manseau et des doléances sont formulées par les dirigeants. Conformément à son engagement de 1983, la Ville de Joliette accepte à l’automne 2009 d’héberger la Société à l’étage de L’Arsenal de la rue Archambault à Joliette, un bâtiment patrimonial entièrement rénové et muni d’un ascenseur. Sur plusieurs mètres carrés y prennent place le magasin-entrepôt pour recevoir les archives, une bibliothèque avec un espace de consultation et les bureaux administratifs. Les conditions de conservation des archives sont optimisées.

Suite au départ de madame Saint-Aubin en décembre 2014, le conseil d’administration confie à monsieur Jean Claude De Guire, muséologue et archiviste la direction générale de l’institution.

Avec plus de 120 membres actuellement, de fidèles bénévoles, la tenue de nouvelles expositions, l’organisation de petits voyages historiques et l’acquisition puis le traitement de nouveaux fonds ou collections, la Société d’histoire et son centre d’archives poursuivent la valorisation et la diffusion d’un riche patrimoine archivistique.

Le 26 février 2018, la société d’histoire voyait son centre d’archives reconnu par Bibliothèque et Archives nationales du Québec et devenir un SAPA (Service d’archives privées agréé).

En 2021, le Service d’archives privées agréé de la Société d’histoire, son Centre d’archives, compte de nombreux fonds liés au patrimoine religieux, militaires et civils.

DES LOCAUX HISTORIQUES

L'arsenal

Bâtiment de brique de 47 pi X 56 pi, l’Arsenal a été construit en 1908 et comprend deux étages et un sous-sol. La construction du bâtiment a été assurée par Messieurs Simoneau & Dion de Sherbrooke, selon les plans de l’architecte Monsieur Alphonse Durand.

— Coût de l’édifice : 15 790 $
— Coût du terrain : 400 $.

L’Arsenal aussi appelé Manège militaire est situé au 585, rue Archambault.

Le Régiment de Joliette y avait son quartier général durant la Deuxième Guerre mondiale. Cette bâtisse comprenait les bureaux du commandant, des sergents et des officiers, une salle de réception et un entrepôt au sous-sol pour les armes.

On y formait des militaires et des dignitaires y étaient reçus lors de visites à Joliette.

À cette période, la salle était utilisée lors de soirées et des réceptions étaient organisées pour la remise de médailles ou l’arrivée de soldats de l’étranger. Des dames auxiliaires organisaient également des buffets et réceptions pour les soldats les plus démunis.

En 1967, le gouvernement fédéral devient propriétaire des lieux et y fait aménager des bureaux. Durant les années 80, Monsieur Roch Lasalle, député du comté de Joliette à la Chambre des communes, a ses bureaux à cet endroit.

 

Arsenal

En 1991, la Ville de Joliette acquiert l’immeuble pour la somme de 208 000 $.

Elle y emménage la bibliothèque municipale, qui est gérée par la Maison de la culture Bonsecours de Joliette jusqu’à l’été 2006.

En 2009, la Ville injecte un million de dollars pour effectuer un réaménagement du bâtiment, une mise aux normes et pour y installer un ascenseur.

L’Arsenal abrite aujourd’hui la Société d’histoire de Joliette-De Lanaudière, une salle de réunion ainsi qu’une salle polyvalente utilisée pour la tenue de réceptions et d’expositions par la Ville de Joliette.